Ça raconte Sarah

Ça raconte Sarah

Pauline Delabroy-Allard

Les Éditions de Minuit

  • par (Libraire)
    23 mai 2020

    Magnifique et envoutant

    Un amour fou, une passion, un véritable ras-de-marée entre deux femmes.


  • par (Libraire)
    13 mai 2020

    Bouleversant !

    Pauline Delabroy Allard évoque cette amour qui emporte tout, peu importe le couple, le sexe... Elle y décrit avec une précision incroyable la rencontre improbable entre deux femmes que tout sépare, mais l'amour est là, intense, irrésistible, qui rend vivant mais qui peut aussi détruire et anéantir..

    " Passion " du latin patior : éprouver, endurer, souffrir.
    Que dire de plus...
    Pauline Delabroy Allard nous offre un premier roman très musical avec une intensité à couper le souffle.
    On sort de ce roman bouleversé.


  • par (Libraire)
    7 mai 2020

    Et soudain tout s'enflamme

    Une histoire d'amour pareille, c'est d'abord comme la déflagration d'un coup de feu, puis de page en page, l'écho de ce coup de feu qui n'en finit pas d'assourdir.
    Avec ce premier roman Pauline Delabroy-Allard nous offre un texte d'un beauté rare dans lequel chaque mot posé enflamme le suivant d'une passion amoureuse dévastatrice.
    Ce livre est un moment de grâc


  • par (Libraire)
    4 mai 2020

    Et soudain tout s'enflamme

    Une histoire d'amour pareille, c'est d'abord comme la déflagration d'un coup de feu, puis de page en page, l'écho de ce coup de feu qui n'en finit pas d'assourdir.
    Avec ce premier roman Pauline Delabroy-Allard nous offre un texte d'un beauté rare dans lequel chaque mot posé enflamme le suivant d'une passion amoureuse dévastatrice.
    Ce livre est un moment de grâce.


  • par (Libraire)
    14 avril 2020

    Comment se remet-on d'une passion amoureuse dévorante? La narratrice, jeune femme en couple et mère d'une petite fille, a un véritable coup de foudre pour Sarah rencontrée lors d'un dîner. Très vite la passion prend le dessus sur tout le reste, devient omniprésente, quasi maladive. Sarah est tout son contraire, extravagante, impulsive, elle vit chaque moment pleinement sans se soucier du regard des autres : elle est vivante. Les premiers temps sont merveilleux. Sarah, violoniste dans un quatuor lui fait découvrir la musique de chambre, Bartok, Beethoven, Mendelssohn, Schubert. Mais Sarah se révèle aussi extrêmement jalouse, possessive et les crises s'enchaînent jusqu'à la rupture imposée par Sarah elle-même.
    Ce premier roman est un choc littéraire, l'écriture de Pauline Delabroy-Allard est tantôt douce voire tendre pour ensuite vous cueillir par sa violence. Elle nous fait vivre au premier rang les différentes étapes amoureuses de cette passion et les variations psychologiques de la narratrice absolument bouleversée par ce qu'elle vit. Dans la deuxième partie du roman, c'est nous qui sommes bouleversés et finalement on sait qu'on ne se remet pas d'un tel choc des sentiments. Ca raconte Sarah, ça raconte une magnifique histoire d'amour, ça raconte la vie!
    Valérie


  • par (Libraire)
    2 avril 2020

    Suivez le rythme frénétique de Sarah

    C’est le roman d’un amour, d’une rupture, d’une passion, un roman qui ne s’arrête qu’à la dernière ligne et nous laisse essoufflés d’avoir couru entre les phrases, entre les lignes, au rythme frénétique de Sarah…


  • par (Libraire)
    2 avril 2020

    Par Mathilde

    Ça raconte Sarah ça raconte l'amour, ça raconte la passion, la raconte les rencontres et les rencoeurs, ça raconte la vie. Ca raconte un amour passionné et passionnel. Ca raconte une fuite, une perte.
    Ça raconte Sarah est une magnifique histoire d'amour. C'est beau, c'est bien écrit et ça vaut le détour!


  • par (Libraire)
    30 mars 2020

    Ça raconte Sarah, celle qui arrive, qui repart, revient puis repart encore. Ça raconte Sarah et l'amour fou, celui qui vous donne le sourire et qui vous fait pleurer. Ça raconte Sarah, la passion qui emporte tout sur son passage. Ça raconte Sarah et ça se lit d'une traite.


  • par (Libraire)
    10 mars 2020

    Coup de cœur de la chouette

    Concerto pour deux corps enflammés, allegro, furioso, mais jamais moderato, "Ça raconte Sarah" risque bien de vous entraîner dans une danse effrénée de laquelle vous ne sortirez pas indemne.